Warning: Declaration of Walker_post_notification::start_lvl(&$output, $depth, $args) should be compatible with Walker::start_lvl(&$output, $depth = 0, $args = Array) in /homepages/29/d117536219/htdocs/synergies/wp-content/plugins/post-notification/functions.php on line 299

Warning: Declaration of Walker_post_notification::end_lvl(&$output, $depth, $args) should be compatible with Walker::end_lvl(&$output, $depth = 0, $args = Array) in /homepages/29/d117536219/htdocs/synergies/wp-content/plugins/post-notification/functions.php on line 299

Warning: Declaration of Walker_post_notification::start_el(&$output, $category, $depth, $args) should be compatible with Walker::start_el(&$output, $object, $depth = 0, $args = Array, $current_object_id = 0) in /homepages/29/d117536219/htdocs/synergies/wp-content/plugins/post-notification/functions.php on line 299
Veranstaltungen • SYNERGIES

CONGRES DES FRANCO-ROMANISTES — Sept. 2012

CONGRES DES FRANCO-ROMANISTES  —  LEIPZIG  —  19-22 SEPT. 2012

http://www.francoromanistes.de/frankoromanistentag/leipzig-2011/

SECTION co-dirigée par Hans W. Giessen et Virginie Viallon:

„TIC,  médias et apprentissages des langues : des outils de médiation aux compétences individuelles“

Dix ans après le colloque de Sarrebruck « Des langues et des médias », il est temps de faire le point sur les questions didactiques de l’usage des médias dans l’apprentisage : tant du côté des usagers – apprenants et enseignants, internautes de tous âges – que du côté des médias – de plus en plus façonnés par leur public – , car les médias ne cessent d’évoluer et la société avec eux.
Si l’on s’accorde à dire que développer une „compétence plurilingue et multiculturelle“ est  devenue l’expression de référence en didactique des langues, comment y parvenir
aujourd’hui avec la TV et Internet alors que formateurs et apprenants ont à leur disposition de nouveaux dispositifs d’auto-apprentissage, des environnements numériques ? On peut se demander dans quelle mesure la distinction traditionnelle entre matériel didactique versus matériel authentique est encore pertinente. En effet, il est facile grâce au cable et au satellite de choisir et de recevoir des émissions dans sa langue ou en langue étrangère en provenance des chaînes de TV  européennes. De plus, chacun, en tant que téléspectateur, a accès à l’information „en  direct“ des médias étrangers. Différentes questions se posent donc, d’ordre linguistique, mais aussi social, car chaque usager agit et interagit à son niveau avec les médias (J. Jouet).

On parlait dans les années 90 de  „rapprochement“ entre médias et lieu d’apprentissage. Celui-ci a eu lieu en effet, quelles en sont les conséquences? Par ailleurs,  les médias continuent d’évoluer, on parle  aujourd’hui de convergence médiatique. Qu’en est-il de l’évolution des médias électroniques et de leurs  contenus, de l’interface des Cédéroms (C. Kellner), de la langue/des langues utilisées sur  Internet ? Quel rôle joue la dimension visuelle ? Quelle place est donnée à la culture : peut-on parler d’une uniformisation culturelle (V. Viallon) ?  A propos des sites internet, peut-on constater une tendance à la globalisation des messages ou plutôt à la localisation ?

Par ailleurs, des études (Michael Workman, Hans W. Giessen) ont constaté que l’image télévisuelle était soumise à un autre usage selon qu’elle était regardée sur l’écran de télé ou dans le contexte multimédia. Lorsqu’un film est vu dans un environnement multimédia, on constate une perte de l’attention, le visionnement exige davantage de concentration et d’effort, beauoup d’usagers ne vont pas jusqu’à la fin du film. On peut en déduire alors que les documents authentiques sont moins efficaces. Ces études ont également montré que le média formate le contenu : un même contenu présenté soit en ligne, soit sur un cédérom ne sera pas visionné de la même manière. Le contenu en ligne est en tout cas utilisé différemment que sur un support enregistré.
Cela pose donc d’une part la question de la production du matériel pour l’apprentissage des langues dans un marché en pleine expansion et de la qualité des contenus.
Et d’autre part, c’est le rôle même des médias sociaux qui doit être défini : quelle place donner aux blogs, aux communautés d’apprentissage, à Facebook … ?

Enfin, on peut s’interroger sur la notion d’apprentissage médiaté (T. Lancien). L’interactivité, loin d’être seulement technique, est basée sur l’activité et la coopération de l’apprenant. L’apprenant est-il seul face au message médiatique? Est-il capable de réaliser la « construction du savoir » ? Cette évolution a également des conséquences au point de vue communicatif : la communication en face à face est-elle sur le point d’être remplacée par une communication médiatée? Une des forces du numérique n’est-elle pas d’être en liaison étroite avec d’autres formes d’apprentissage?
On s’accorde à dire que les modalités de l’apprentissage ont évolué : le temps comme la durée, les lieux ne sont plus figés mais sont devenus flexibles, on reconnaît également que les médias favorisent le « life-long learning », mais l‘offre médiatique prend-elle en compte ces nouveaux contextes ? Peu d’études analysent les conséquences de ces changements aussi bien concernant l’attitude des usagers que la didactique des langues.

Toutes ces questions sont essentielles et doivent favoriser les échanges entre disciplines, sciences du langage, lettres, sciences de l’information et de la communication et sciences de l’éducation par l’apport des contributions et le temps réservé aux discusions lors du colloque.

La publication des articles présentés lors du congrès se fera dans un numéro spécial de Synergies pays germanophones :
Quelles technologies et quelles compétences ? TICE, langues et cultures.

Langues de travail : français et allemand
Date de rendu d’articles : 31 mars 2012 à adresser à :
vviallon@edu.ge.ch
hgiessen@gmx.net