Warning: Declaration of Walker_post_notification::start_lvl(&$output, $depth, $args) should be compatible with Walker::start_lvl(&$output, $depth = 0, $args = Array) in /homepages/29/d117536219/htdocs/synergies/wp-content/plugins/post-notification/functions.php on line 299

Warning: Declaration of Walker_post_notification::end_lvl(&$output, $depth, $args) should be compatible with Walker::end_lvl(&$output, $depth = 0, $args = Array) in /homepages/29/d117536219/htdocs/synergies/wp-content/plugins/post-notification/functions.php on line 299

Warning: Declaration of Walker_post_notification::start_el(&$output, $category, $depth, $args) should be compatible with Walker::start_el(&$output, $object, $depth = 0, $args = Array, $current_object_id = 0) in /homepages/29/d117536219/htdocs/synergies/wp-content/plugins/post-notification/functions.php on line 299

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/29/d117536219/htdocs/synergies/wp-content/plugins/post-notification/functions.php:299) in /homepages/29/d117536219/htdocs/synergies/wp-includes/feed-rss2.php on line 8
SYNERGIES http://www.synergies.avinus.de Pays germanophones Thu, 26 Feb 2015 17:25:08 +0000 de-DE hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.6.7 Synergies Pays germanophones n° 9 (2016) — Appel à contributions / Call for papers http://www.synergies.avinus.de/?p=308 Thu, 26 Feb 2015 12:03:18 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=308

Appel / Einladung / Call for papers

 

Remise des propositions d’articles jusqu’au 1er mai 2015 !

Vorschläge bzw. das Einreichen von Abstracts möglich noch bis zum 1. Mai 2015

 

Synergies Pays germanophones n° 9 / 2016

Thème : « La France, l’Allemagne : deux cultures d’apprentissage ? Que peuvent-elles apprendre l’une de l’autre ? »

(Numéro coordonné par Florence Windmüller et Albert Raasch)

 

L’appel peut être téléchargé sous ce lien / PDF-Download :

Gerflint_Appel_Synergies_Pays_ Germanophones 9_2016

Plus d’informations :

www.gerflint.fr/synergies-pays-germanophones

]]>
Synergies Pays germanophones n° 8 (2015) http://www.synergies.avinus.de/?p=304 Thu, 26 Feb 2015 11:48:00 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=304

PRESENTATION / ANKÜNDIGUNG

 

Synergies Pays germanophones n° 8 (2015)

Multilinguisme : enseignement, littératures et cultures au Luxembourg

(coordonné par Marie-Anne Hansen-Pauly et Vic Jovanovic)

va paraître en automne 2015 / erscheint im Herbst 2015

 

ISBN: 978-3-86938-071-1 / ISSN : 1866-5268

Prix : 14,00 EURO (9,50 EURO pour les étudiants, et pour tous avec abonnement)

Ladenpreis: 14,00 EURO (9,50 EURO für Studenten, und im Abonnement)

]]>
Synergies Pays germanophones n° 7 (2014) http://www.synergies.avinus.de/?p=294 Tue, 03 Feb 2015 15:08:26 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=294 Synergies Pays germanophones n° 7 (2014)

TIC, médias et apprentissages des langues : des outils de médiation aux compétences individuelles

(coordonné par Hans W. Giessen et Virginie Viallon)

vient de paraître en décembre 2014

 

ISBN: 978-3-86938-060-5 / ISSN : 1866-5268

Prix : 14,00 EURO (9,50 EURO pour les étudiants, et pour tous avec abonnement)

Ladenpreis: 14,00 EURO (9,50 EURO für Studenten, und im Abonnement)

Pages / Seitenzahl: 148

 

Les nouveaux rôles des TIC dans l’apprentissage et la formation des langues, mais aussi plus largement dans l’acquisition de nouvelles compétences, telles sont les grandes questions didactiques posées dans ce numéro. Dressant un état des lieux des recherches sur les TIC et leur application dans l’enseignement/apprentissage des langues-cultures et en éducation, il offre également des pistes de réflexion sur les moyens d’optimiser l’apport numérique pour les enseignants et les apprenants. Les recherches relatives à l’intégration du multimédia en didactique des langues-cultures relèvent de l’interdisciplinarité, ce dont témoigne l’ensemble des articles issus de la linguistique, de la sémiotique, des sciences de l’information et de la communication, de la psychologie ou encore de la traductologie.

Im Zentrum dieser Ausgabe von Synergies Pays germanophones steht die Frage, wie die sich immer weiter wandelnden digitalen Informations- und Kommunikationstechnologien sinnvoll und effizient im sprach- und kulturwissenschaftlichen Unterricht nutzen lassen. Der Ansatz ist pluridisziplinär und beleuchtet den Medieneinsatz aus lingustischer, semiotischer, informations- und komunikationswissenschaftlicher, psychologischer und übersetzungs-wissenschaftlicher Sicht. Ziel sind Denkanstöße über Mittel und Wege, das Lehren und Lernen insbesondere im Sprach- und Landeskundeunterricht mit digitalen Medien sinnvoll zu gestalten.

 

SOMMAIRE

 

Hans W. Giessen, Virginie Viallon,

Présentation

 

Partie I  Des langues et des médias

Daniel Peraya,

Regards sur l’évolution des formes de médiatisation de la formation et de l’apprentissage.

Gary Massey,

Informations- und Medienkompetenz im digitalen Zeitalter: Herausforderungen und Chancen für die Übersetzerausbildung

Hans W.  Giessen,

Interkulturelle Videokonferenzen und kulturelle Dimensionen. Darstellung und Begründung einer Forschungsfrage – samt erster Beobachtungen

Andrea Wurm,

Videokonferenz als didaktisches Instrument in Fachübersetzungen aus dem Französischen

Laurence Schmoll, Mickaël Roy,

Serious game et apprentissage en réalité virtuelle: résultats d’une étude préliminaire sur la mémorisation en langue étrangère

Teresa Maria Wlosowicz,

L’inférence des significations des néologismes anglais et le rôle de l’Internet

 

Partie II Varia

Zorana Sokolovska,

Etude comparative de la production discursive du Conseil de l’Europe sur les langues de 1952 à 1954

Abdelkader Debbagh,

Stratégies de l’enseignant au début d’une séquence d’enseignement

]]>
Une langue minorée pour un grand public : les pieds dans le Platt http://www.synergies.avinus.de/?p=249 Fri, 21 Feb 2014 17:17:31 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=249 Une langue minorée pour un grand public : les pieds dans le Platt

 

Hervé Atamaniuk                                                   

Directeur de la Culture – Ville de Sarreguemines (France)

Vincent Meyer

Professeur des universités – Université de Lorraine (France)

Reçu le 27-04-2013 / Accepté le 06-06-2013

 

Une langue minorée pour un grand public : les pieds dans le Platt

Résumé : On n’aborde jamais sans polémique la question linguistique en Lorraine, surtout lorsqu’il s’agit d’une langue minorée i.e. la langue francique généralement appelée « Platt » ou « Platt lorrain ». À l’image de cette zone transfrontalière qui peine à trouver une identité propre – la Grande Région : Sarre, Lorraine, Luxembourg, Wallonie, Palatinat – ce Platt qui la traverse n’a pas encore fait l’objet d’analyses systématiques, mais se révèle être une source inépuisable de controverses, qui tiennent à la fois à une méconnaissance du contexte transfrontalier et à des stéréotypes « antigermaniques » encore vivaces. La caractérisation de ce qu’est et de ce qui reste de cette langue minorée constituera le premier volet de notre réflexion ; le second sera consacré à la diffusion et à la réception auprès du public d’un ouvrage : „Le Platt lorrain pour les nuls“, dont l’intérêt suscité confirme un enthousiasme particulier qui dépasse la seule question linguistique et contribue aussi à une médiation des cultures.

Mots-clés : Langue minorée, Platt lorrain, transfrontalier, réception, apprentissage d’une langue

Eine unterbewertete Sprache für eine breite Öffentlichkeit:
Ja zu plattdeutsch ?

Zusammenfassung : Wenn es in Lothringen um die Sprachfrage geht, sind kontroverse Diskussionen vorprogrammiert. Dies gilt insbesondere, wenn es um das meist als „Platt“ oder „lothringisches Platt“ bezeichnete fränkische Lothringisch und damit um eine Minderheitensprache geht. Ebenso wie jenes grenzübergreifende Gebiet, in dem es gesprochen wird und das noch auf der Suche nach seiner/einer Identität ist – die sogenannte Großregion mit dem Saarland, Lothringen, Luxemburg, Wallonien und der Pfalz –, wurde dieses Platt bis heute noch nicht systematisch untersucht. Nichtsdestoweniger ist es immer wieder Gegenstand erbitterter Kontroversen, die einerseits von der Unkenntnis des grenzübergreifenden Kontextes und andererseits von bis heute lebendigen „antigermanischen“ Stereotypen zeugen. Im ersten Teil des Buches beschäftigen wir uns damit, was diese Minderheitensprache eigentlich ist und was von ihr bis heute fortlebt ; Thema des zweiten Teils sind öffentliche Verbreitung und Rezeption des Werkes : „Le Platt lorrain pour les nuls“ [Lothringisches Platt für Dummies], dessen Erfolg von einer Begeisterung spricht, die weit über die reine Sprachfrage hinausgeht und zur Vermittlung zwischen den Kulturen beiträgt.

Schlüsselwörter : Minderheitensprache, lothringisches Platt, grenzübergreifend, Rezeption, appren-tissage, Erlernen einer Sprache

 

A minoritized language for a General Public: stepping up to the Platt?

Abstract : The question of language is always complex in the Lorraine region of France, in particular when it comes to a minor language, i.e. the Franconian language generally called “Platt“ or “Platt lorrain” (Lorraine Franconian). Just like this cross-border area, which has yet to find its own/an identity – the Greater Region of Luxembourg (Saarland, Lorraine, Luxembourg, Wallonia, Palatinate) – Platt, which runs throughout this region, has not yet been the focus of systematic analysis. It has however been an endless source of controversy, which stems both from the misunderstanding of the cross-border context and from the “anti-German” stereotypes that continue to prevail. The first part of our analysis centres on the characterisation of what this minority language is and what remains of it; the second part focuses on the publication of the book: „Le Platt lorrain pour les nuls“ (Lorraine Franconian for Dummies), and the reaction of the general public. The interest in this work demonstrates the fervour behind this issue, which goes beyond mere linguistics by contributing to mediation between cultures as well.

Key words : Minor language, Lorraine Franconian, cross-border, reaction, language learning

 

« Haut hunn ech mir äert „gielt Bichelche“ kaaft. Ech hat grad d’Zäit et duerchzebliederen (ech hale mer et fir de Summer, wann dee kënnt…?). Awer ech kann nëmme soen : dräimol Bravo ! »

« Ravi d’avoir trouvé ce livre. Il est indispensable dans la bibliothèque d’un « saageminer » [Sarregueminois] expatrié dans le Sud-Ouest « der immer noch ger platt redde will sali besame ! » [qui aime toujours à parler le Platt. Salut à tous ! »]

Deux messages emblématiques pour, tout de suite, faire entrer le lecteur dans l’univers linguistique du Platt et dans l’ouvrage dont il sera question dans cet article. On ne parle ce Platt que dans une infime partie de la Lorraine. « Langue de France » certes, il est surtout une langue d’Europe. Dans les représentations communes, cette région est davantage associée à l’industrie, à la crise sidérurgique, aux conflits sociaux, aux guerres franco-allemandes et leurs vestiges, qu’à la vivacité de son patrimoine linguistique et à l’interculturalisme qui la caractérisent. La tension persistante de la cohabitation culturelle (Hamman, 2006) entre un espace roman et un espace germanique pèse toujours énormément. Les Lorrains qui parlent le Platt – et continuent à le transmettre aujourd’hui – ont fait fi des embûches, s’adaptant avec une forme de résistance passive à une disparition pour d’aucuns inéluctable. En effet, le Platt lorrain a sans doute été l’une des langues de France les plus maltraitées, car objet dans le passé d’une répression systématique, et dans le temps présent d’une politique d’exclusion d’un patrimoine linguistique qui pourtant est servi par une production culturelle et artistique conséquente.

Dans ce contexte de controverses, on peut se demander qui a encore besoin ou envie d’apprendre ou de parler cette langue et quels pourraient être les équipements de sa transmission (Kieffer, 2006 ; Laumesfeld, 1992 et 1996 ; Rispail, Moreau 2004). Passer pour un parfait Lorrain en maîtrisant une langue régionale : un défi inutile ou une douce folie ? Dans la série « pour les nuls », l’initiative d’un ouvrage qui se présente comme « une méthode inédite et complète » interroge d’autant plus que le succès est au rendez-vous. Élément indispensable d’une politique linguistique au niveau régional ou simple manuel d’apprentissage divertissant d’une langue ? D’aucuns percevront cet ouvrage comme le baroud d’honneur de quelques nostalgiques, pour les auteurs c’est un équipement aujourd’hui indispensable dans la construction des identités individuelles et collectives d’un espace transfrontalier.

Être plattophone en Lorraine : juste un effet frontière ?

Le lecteur a sans doute rencontré quelque difficulté à lire ou à déchiffrer nos citations introductives. Il éprouvera peut-être une autre gêne (ou une autre surprise) quand, passant par la Lorraine, il entendra l’accent typique des langues germaniques et ses transformations quand le « j » s’approche du « che », le « on » se transforme en « an » avec un étrange effet sonore et souvent drolatique dans des phrases du type : « C’est la journée du don du sang » qui peut se transformer en « C’est la chournée du dan du son ». Le Lorrain, qui ne manque pas d’esprit d’autodérision, en a même tiré un certain nombre de blagues régionales aussi irrésistibles qu’intraduisibles pour les non-plattophones. On a également souvent blâmé et moqué les enfants qui construisaient des phrases du type : « Je lui aide », « J’attends sur mon père », « Le stylo que j’ai besoin ». Longtemps considérées comme des « fautes » à corriger absolument de la part d’enseignants zélés, ces « colorations linguistiques » sont aussi de formidables marqueurs identitaires pour un territoire et sa population. Ces formes verbales, permettant clairement de repérer le locuteur d’une langue germanique, restent extrêmement fréquentes aujourd’hui encore en Lorraine francique où, si on aime le milieu aquatique « On les apprend à nager », et si l’on se pique de politique « On s’intéresse pour la politique »…

En Lorraine, le Platt subsiste aujourd’hui vraisemblablement grâce à « l’effet frontière » qui se caractérise par trois aspects interdépendants : un traitement linguistique différencié à l’intérieur de la Grande Région (nommé « patois » à Sierck les Bains, le Platt devient une « langue nationale » dès qu’il a passé la frontière luxembourgeoise) ; une relation toujours en double tension avec la langue allemande (i.e le Platt ne peut se maintenir que grâce à l’allemand ; l’allemand est reconnu comme la langue du voisin et peut se maintenir grâce au Platt); une création culturelle active, mais encore peu visible et en mal de reconnaissance.

Soulignons d’emblée le rapport complexe, en Lorraine, entre l’espace linguistique germanophone et l’espace linguistique francophone. Une tension persiste profondément dans le territoire lorrain, participant pour le francique de Lorraine de l’effet de « dislocation physique, démographique, sociale et culturelle d’une communauté » (Fishman, 1991 : 115-119).

Les variations internes du francique lorrain conduisent aussi à une série d’interrogations à l’intérieur de la Grande Région. En effet, le Lorrain de langue francique comprend aisément que sa langue est traitée diversement s’il se déplace au Luxembourg ou en Allemagne. Ainsi le locuteur du francique luxembourgeois (pays de Thionville) parlera-t-il un « patois » moqué du côté lorrain, alors que le même francique aura statut de langue nationale au Grand-duché du Luxembourg. Pour les variantes du francique mosellan (région de Bouzonville) et du francique rhénan (région de Forbach), la situation est certes moins ubuesque, mais néanmoins consternante. Les Länder allemands (Rhénanie Palatinat et Sarre) font de leur « Mundart » un élément constitutif d’une identité distinctive et revendiquée. Présente dans la société, relayée dans les médias, utilisée souvent dans les publicités et dans la vie publique, elle est le marqueur revendiqué de l’appartenance à un Land.

Rappelons que les instances décisionnelles en région de Lorraine (Conseil Régional, Conseil Général, Préfecture, Rectorat, Université…) sont toutes situées en zone francophone. Cette localisation dans un espace unilingue ne facilite nullement la prise en compte d’une réalité linguistique différente : celle d’une culture germanique cohabitant avec une culture française. S’agglomérant à cette réalité géopolitique, les rugosités du clivage ancestral entre culture latine et culture germanique s’amplifient. Un mépris affiché – à l’instar des exemples donnés supra – à l’égard des locuteurs franciques a toujours cours aujourd’hui. Cette mésestime d’une culture différente s’est construite progressivement sur des stéréotypes, ayant pour point de départ la méconnaissance totale des réalités culturelles et sociales de l’espace où l’on parle le Platt. Signalons à ce propos que la prise en considération d’une culture différente n’est absolument pas relayée dans les institutions culturelles conventionnées (Centre dramatique, Scène nationale) pourtant situées en zone de culture francique. Ici se poursuit de manière vivace un schéma quasi discriminatoire hérité du XIXème siècle, reproduisant in fine le contexte culturel dominant en Lorraine. Contradictoirement à cela, il faut relever que la production culturelle francique, portée par des poètes, auteurs et artistes de qualité, s’exprime inlassablement dans un réseau de diffusion parallèle qui échappe fréquemment à tout financement conventionnel et à tout traitement statistique. Cette création est relayée généralement par un mouvement militant (les associations agissent alors, soit comme les organisateurs, les producteurs et les diffuseurs d’un événement culturel, soit comme les éditeurs d’un livre) ou par des relais locaux, suppléant de cette manière l’absence des institutions et des collectivités. Des chanteurs, comédiens, écrivains construisent de proche en proche un réseau culturel par-delà les frontières. Se produisant au Luxembourg, en Sarre, au Palatinat, la langue joue dans ce contexte son rôle d’instrument de communication permettant l’échange entre les habitants d’un espace transfrontalier. Le Platt est aussi associé à d’autres types de productions, caractérisées par une pratique amatrice extrêmement vivace et populaire : le théâtre, le carnaval, l’art et les subtilités de la Witz (de la blague), qui sont généralement relayées par les médias de proximité (radio et télévision locales). Ces productions interagissent sur le plan social, organisées généralement par des associations, faisant vivre la communauté locale qui participe ainsi de manière concrète à l’affirmation d’une culture différente et de cette construction identitaire. Cette langue, enfin, ouvre indéniablement à une capacité et à une mobilité transfrontalière ; honnie et sanctionnée dans son usage au sein de l’école française, elle sert pourtant de passeport économique pour les Lorrains qui travaillent au Luxembourg.

Il faut du reste ajouter à ces éléments politiques et culturels, une question plus économique qui ne cesse d’interroger aujourd’hui les décideurs lorrains. En effet, de nombreuses interrogations se font jour actuellement sur les difficultés à former des salariés bilingues ou trilingues aptes à travailler dans l’espace transfrontalier de la Grande région. Cette capacité, encore fort répandue dans les années d’après le second conflit mondial, s’est estompée peu à peu en raison d’une quasi répression linguistique, rendant désormais difficile le recrutement de personnels multilingues en Lorraine.

C’est dans cet ensemble de tensions que nous situons l’intriguant succès d’un manuel en français pour apprendre cette langue fortement territorialisée ; manuel qui paraît aussi à un moment où se confirme un double recul des pratiques de bilinguisme et d’apprentissage de l’allemand – première langue du voisin – comme langue vivante.

Une langue pour les nuls à 6,95 €

On reprendra ici les éléments qui ont fondé la conception de ce manuel et plusieurs questions seront traitées : comment sa diffusion soutient cette langue qui n’a pas de drapeau et sert une construction identitaire ? Le choix du titre « le Platt lorrain pour les nuls » contribue-t-il in fine à affirmer une identité régionale ou transfrontalière ? La diffusion de l’ouvrage couvre-t-elle la démographie et la géographie linguistique de la région, comme pourrait le laisser penser une analyse des réactions des lecteurs (nombre d’exemplaires, lieu de vente) et des libraires ?

Le projet d’écriture remonte à juin 2011. Marielle Rispail (2003) fut contactée par l’éditeur et tint à s’entourer de deux coauteurs dans leurs spécialités respectives : l’écriture du francique avec Marianne Haas-Heckel ; la culture comprise dans sa dimension transfrontalière et internationale de la langue avec Hervé Atamaniuk (2009). Tous percevaient l’intérêt de publication d’un manuel consacré à une langue et une culture dont ils savaient mieux que quiconque la difficulté que constituait déjà le simple fait de la qualifier de Platt. La question du titre l’atteste déjà. Fallait-il intégrer ou non le terme de « francique » ? « Le francique lorrain pour les nuls » aurait été certainement un geste militant, un clin d’œil amical au regretté Daniel Laumesfeld, mais sans doute trop « académique » par rapport à une dénomination plus « familière » du Platt, dont l’avantage était de s’adresser à un public large, non spécialiste de la langue de surcroît et encore moins « native speaker ». Un problème supplémentaire se posait aux auteurs en raison de la variation linguistique évoquée supra. En effet, le francique, pas plus que les autres langues minorées, n’est uniforme. Il connaît trois variantes principales : du « francique luxembourgeois » au Nord-Ouest, en passant par le « francique mosellan » en son centre et du « francique rhénan » à l’Est. Ce manuel, s’adressant à un public non bilingue a priori, devait aussi faire la part belle à des expressions courantes, transmettre des conseils très pratiques pour l’apprentissage de la langue (dans le domaine de la prononciation, des règles grammaticales…), mais également donner des informations sur la culture et la vie en Lorraine de langue francique, et faire apparaître les rapports entre la langue et la société dans laquelle elle se transmet. Quelques exemples nous permettent d’en saisir les enjeux et de poser des questions vives sur les modalités de transmission de cette langue.

Illustrant par l’exemple la manière de différencier les deux langues (souvent associées par « les Français de l’intérieur ») présentes en Alsace (l’alémanique) et en Lorraine (le francique), les auteurs débutent ainsi le chapitre s’intitulant „Vous aurez l’Alsace et la Lorraine en prime“ : « Wonn e Elsässer ùnn e Lottringer zommekùmme ùnn verschdéhn sich nitt, was mache se nodd ? das isch doch èènfach:se rédde Fronzéésch ! / Que font un Alsacien et un Lorrain qui si rencontrent mais ne parviennent pas à se comprendre ? C’est bien simple : ils se parlent en français ! » (p.28).

Cette identité transfrontalière se matérialise aussi dans le jeu des traductions d’expressions maintenant intégrées dans un imaginaire local comme en atteste dans la partie « le Platt dans le français de Lorraine », les traductions de ces mots « ordinaires » du quotidien sous une forme d’inventaire « mosellan ».

« si tu as la Schnùddel qui coule de ton nez…

si tu dis que ça schtink quand ça pue… (nous on dit ça schlink ou alors c’est déformé)

si un jeune voyou est un raoudi pour toi…

[…] si tu es fier de tes deux jours de fériés de plus que dans le reste de la France

si tu bois un Schlouck

si tu demandes à un type de fermer sa Schniss

si tu mets tes Schlapp en rentrant chez toi… […]

alors tu viens de ce merveilleux département qu’on appelle la Moselle » (p.80).

 

Évoquant la pratique sociale du « Kafféklatsch » (p.192), les auteurs caractérisent la diversité des types de conversations franciques : « Parler, converser, papoter, bavarder, les femmes adorent faire çà autour d’un café gâteau, tandis que les hommes préfèrent se retrouver au comptoir du bistrot ».

« Redde, schwätze, verzéhle, bapple, das mache de Fraue gèèr bim Kafféklatsch, de Männer hugge liewer gemiitlisch in der Wirtschaft on der Théék ».

Le livre a fait l’objet d’une communication qui dépasse en ampleur ce qui est généralement réservé à un ouvrage de dimension régionale, portant, qui plus est, sur une langue minorée. L’intérêt du public tient vraisemblablement, d’abord, à cette collection « pour les Nuls » (de par sa notoriété ; son réseau de diffusion auprès des libraires, commerciaux expérimentés ; ensuite, les partenariats avec les médias et principalement le réseau France Bleu) dans leur volonté affirmée de relayer l’information. Cette dernière ne portait pas seulement sur l’annonce de parution, mais interrogeait fréquemment sur la place du Platt aujourd’hui, montrant du coup que cette question de construction identitaire n’était pas forcément partagée ou relevait d’un lieu commun commode. En outre, le « Platt lorrain pour les nuls » a réussi un tour de force surprenant. Alors que les ouvrages en Platt ou traitant du Platt ne traversent jamais la frontière linguistique germano-romane de Lorraine, le livre a trouvé son public, ses libraires, ses défenseurs par-delà le « limes ».  Nous n’aurons toutefois pas la prétention d’avancer qu’il a ainsi contribué à un « apaisement identitaire » en Lorraine ou au nivellement des rugosités du clivage ancestral entre culture latine et culture germanique.

Conclusion

La diffusion et la réception auprès du public de ce manuel confirment donc surtout un enthousiasme local ; il montre aussi que pareil ouvrage peut dépasser la seule question linguistique (ou d’apprentissage d’une langue régionale) et contribuer à une médiation des cultures (Fleury, Walter, 2008). Ainsi vient-il compléter les tentatives de stabilisation et de sauvegarde de cette langue (Kieffer, 2006). Sauf à être définitivement qualifié de nul après la sortie de cet ouvrage, il sera plus difficile maintenant d’associer – comme on le remarquait fréquemment encore – le locuteur francique à un ouvrier ou à un paysan mal dégrossi parlant un patois allemand. Pour reprendre le propos du blogueur Jacques Gandeboeuf : « Nul ne pourra dire que ce petit livre jaune arrive au mauvais moment. Il ne pouvait mieux tomber, au contraire… ». En effet, non seulement dans sa fonction de guide de la conversation, il reprend et problématise le contexte linguistique, mais donne une visibilité aux différentes écritures en Platt à partir de citations et de formules de la vie quotidienne avec chansons et poèmes ; ce faisant, il témoigne de la spécificité d’un patrimoine qui allie à la fois un ancrage territorial national (le Platt est la langue régionale de Lorraine et donc une langue de France) et un ancrage territorial international (le Platt est la langue commune de l’espace transfrontalier Sarre-Palatinat-Luxembourg).

 

Bibliographie

Atamaniuk, H. 2009. « À propos du francique », in : Langues et cité – des hommes des langues des pratiques – Bulletin del’observatoire des pratiques linguistiques.

Fishman, J. 1991. Reversing language shift. Theoretical and empirical foundations of assistance to threatened languages. Clevedon. Language in Society, Volume 23, Issue 01, March 1994, pp. 115-119.

Fleury, B., Walter, J. 2008. « Dynamique des peuples et constructions identitaires », Questions de communication, série actes 6, Nancy : Presses universitaires de Nancy, pp. 7-18.

Hamman, Ph., 2006. « Intercommunalité transfrontalière et recomposition de l’espace public en Europe. L’engagement transfrontalier de l’association Saar Moselle avenir », pp.479-494 in : Meyer V., Walter J., dirs, Formes de l’engagement et espace public, Questions de communication, série actes 3. Nancy : Presses universitaires de Nancy.

Kieffer, J.-L., 2006. « Le Platt lorrain » de poche, Assimil.

Laumesfeld, D. 1996. La Lorraine francique, culture mosaïque et dissidence linguistique, Paris : Ed. L’Harmattan.

Laumesfeld, D. 1992. « Le voyageur enraciné ou cieux de Lorraine » publié dans le recueil Tropique du Caire, Revue Passerelles.

Rispail M., 2003, Le francique : de l’étude d’une langue minorée à la socio didactique des langues, Paris, Ed. L’Harmattan.

]]>
Synergies PG 6 : Les deux articles publiés en ligne http://www.synergies.avinus.de/?p=240 Fri, 21 Feb 2014 16:56:38 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=240  

Synergies Pays germanophones n° 6 (2013)

Régions transfrontalières. Langues des voisins et l’Europe

 

Le numéro 6 de „Synergies Pays germanophones“ comprend deux contributions uniquement publiées en ligne. Le lecteur pourra lire la présentation des ces deux articles ci-dessous. Pour accéder au texte intégral, il faut cliquer sur les noms des auteurs. Les deux textes feront aussi partie de l’édition numérique de ce numéro 6, qui va paraître sur le site du Gerflint en 2015 (http://gerflint.eu/publications/synergies-pays-germanophones.html).

 

Analyses et programmes : vers une ouverture transfrontalière

Hervé Atamaniuk / Vincent Meyer :

Une langue minorée pour un grand public : les pieds dans le Platt

Présentation de l’article :

On n’aborde jamais sans polémique la question linguistique en Lorraine, surtout lorsqu’il s’agit d’une langue minorée i.e. la langue francique généralement appelée « Platt » ou « Platt lorrain ». À l’image de cette zone transfrontalière qui peine à trouver une identité propre – la Grande Région : Sarre, Lorraine, Luxembourg, Wallonie, Palatinat – ce Platt qui la traverse n’a pas encore fait l’objet d’analyses systématiques, mais se révèle être une source inépuisable de controverses, qui tiennent à la fois à une méconnaissance du contexte transfrontalier et à des stéréotypes « antigermaniques » encore vivaces. La caractérisation de ce qu’est et de ce qui reste de cette langue minorée constituera le premier volet de notre réflexion ; le second sera consacré à la diffusion et à la réception auprès du public d’un ouvrage : Le Platt lorrain pour les nuls, dont l’intérêt suscité confirme un enthousiasme particulier qui dépasse la seule question linguistique et contribue aussi à une médiation des cultures.

 

Varia

401 – Schlemminger_Holbach (fichier PDF)

Aspects linguistiques dans les récits de vie biographiques franco-allemands

Présentation de l’article :

L’Office franco-allemand de la jeunesse (OFAJ) est l’une des principales organisations internationales dans le domaine des échanges de jeunes. Depuis sa fondation en 1963, elle soutient environ 7000 programmes d’échanges et des rencontres par an. Ainsi, il a permis, jusqu’à présent, à environ sept millions et demi de jeunes d’acquérir une expérience interculturelle, bi-nationale et internationale dans leur propre pays ou à l’étranger. Le but de ces rencontres est de réunir les personnes de différentes cultures et de leur permettre de vivre ensemble lors d’un séjour ou d’un stage. Les rencontres se déroulent dans différents domaines et contextes : échanges scolaires et universitaires, activités d’animation et  formation des jeunes, jumelages entre villes/communes, etc.

Pour l’instant, il y a peu d’études empiriques systématiques sur les effets de ces échanges et programmes de rencontres. Alors la question demeure : quelles traces biographiques laissent ces moments interculturels auprès des participants et comment contribuent-elles à l’éducation interculturelle ? Quels sont les contextes biographiques individuels qui y jouent un rôle ?  Quelle est « l’empreinte biographique » de cette participation aux programmes de l’OFAJ et du contact avec l’autre culture en général ?

Il existe peu d’études empiriques systématiques. À partir de récits de vie, les premiers travaux étudient l’impact qualitatif de ces programmes. Ils ont pour cadre un projet de recherche franco-allemand entre l’Université de Francfort, l’École supérieure de pédagogie de Karlsruhe et  l’Université Paris 8 (voir Synergies pays germanophones. 2010, n° 3, B. Egloff et al éds. 2013). Notre recherche se situe dans ce cadre. Dans cet article, nous allons à la recherche des indices linguistiques et analyserons le moment interculturel à travers la langue que l’interviewé utilise dans les entretiens biculturels. Il est clair que la langue joue généralement un rôle important dans la compréhension de l’autre et de l’autre pays. Par conséquent, le choix de la langue du narrateur, en l’occurrence dans quelle langue il raconte tel fait ou évènement, n’est pas anodin, en particulier chez les personnes qui parlent couramment les deux langues. Ainsi, certains changent continuellement de langue, d’autres racontent leurs expériences d’enfance et des incidents chargés d’émotions dans leur langue maternelle et ce qui concerne la vie professionnelle dans l’autre langue. Pour présenter nos portraits, nous avons choisi la méthode d’analyse de contenu qualitative (voir Mayring, 2010) ; de plus, nous avons eu recours au logiciel MaxQDA (voir Kuckartz, 2009), ces deux approches sont tous deux appropriées pour traiter de grandes quantités de données et pour préparer une analyse qualitative approfondie.

 

 

 

]]>
SOMMAIRE Synergies Pays germanophones n° 6 http://www.synergies.avinus.de/?p=233 Fri, 21 Feb 2014 16:36:16 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=233  

Synergies Pays germanophones n° 6 (2013)

Régions transfrontalières. Langues des voisins et l’Europe

 

SOMMAIRE

 

Albert Raasch et Gérald Schlemminger

Présentation : Un panorama du transfrontalier

André Weckmann

Der Grenzstein (en guise d’introduction)

Témoignages

Siegfried Wack

Bekenntnisse eines Grenzländers

Albert Barrera–Vidal

La Wallonie, une région à la croisée des frontières

Ruud Halink

Une école pour l’eurégio? Recueillir les bonnes pratiques, les assembler en fonction d’une région frontalière spécifique

 

Expériences : le caractère ambigu des espaces frontaliers

Sabine Rohmann

Vivre, travailler et apprendre ensemble dans les régions transfrontalières européennes au XXIe siècle

Siegfried Baur

Schwierigkeiten und Möglichkeiten einer Erziehung für ein mehrsprachiges Europa am Beispiel der Grenzregion Südtirol

Verena Bodenbender, Karin Dietrich-Chénel

15 ans de formation franco-allemande de professeurs dans la région du Rhin supérieur : la traversée des frontières et ses limites

Philippe Hamman

Les travailleurs frontaliers dans la région du Rhin supérieur : mobilités de travail et enjeux linguistiques dans un espace transfrontalier?

 

Analyses et programmes : vers une ouverture transfrontalière

Jacqueline Breugnot

Les régions transfrontalières doivent-elles rester un défi?

Marco Dobel

Les frontières dans les têtes

Christine Le Pape Racine / Gérald Schlemminger

Manifeste pour un plurilinguisme (individuel)

Hervé Atamaniuk / Vincent Meyer

Une langue minorée pour un grand public : les pieds dans le Platt

article seulement publié sur ce site internet, et à partir de 2015 aussi dans l’édition numérique sur le site du Gerflint

 

Varia

Gérald Schlemminger / Rachel Holbach

401 – Schlemminger_Holbach

article seulement publié sur ce site internet (comme fichier PDF), et à partir de 2015 aussi dans l’édition numérique sur le site du Gerflint

 

]]>
Synergies Pays germanophones n° 6 (2013) http://www.synergies.avinus.de/?p=207 Tue, 28 May 2013 12:50:31 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=207  

Synergies Pays germanophones n° 6 (2013)

“Régions transfrontalières.

  Langues des voisins et l’Europe”

(coordonné par Albert Raasch et Gérald Schlemminger)

 

Malheureusement, il y a eu des retardements pendant l’édtion du numéro 6, résultant dans la publication tardive de ce numéro vers fin août 2014. Les éditions AVINUS voudraient prier la rédaction et tous les auteurs du numéro de nous en excuser. La publication du numéro 7 ne sera pas touchée. Elle paraîtra comme d’habitude en automne (2014).

Wir bedauern die verspätete Herausgabe der 6. Ausgabe von „Synergies Pays germanophones“, welche aus technischen Gründen leider erst Ende August 2014 erscheinen konnte. Wir bitten Redaktion und alle beteiligten Autoren dafür vielmals um Entschuldigung. Die 7. Ausgabe wird davon unberührt wie gewohnt im Herbst dieses Jahres erscheinen.

(AVINUS, 08/2014)

 

Pour le sommaire, cliquez ici.

Pour lire l’article de Hervé Atamaniuk et Vincent Meyer, publié sur ce site internet, cliquez ici.

Pour lire l’article de Gérald Schlemminger et Rachel Holbach, publié sur ce site (comme fichier PDF), cliquez ici : 401 – Schlemminger_Holbach

 

ISBN: 978-3-86938-047-6 / ISSN : 1866-5268

Prix : 14,00 EURO (9,50 EURO pour les étudiants, et pour tous avec abonnement)

Ladenpreis: 14,00 EURO (9,50 EURO für Studenten, und im Abonnement)

Pages / Seitenzahl: 164

 

–> Présentation

 

Albert Raasch et Gerald Schlemminger:

 

Un panorama du transfrontalier

Ce recueil paraît – et ce n’est pas un hasard – dans la revue SYNERGIES : il reflète la coopération transfrontalière en Europe en mettant un accent particulier sur le francophone – germanophone, et le franco-allemand en particulier, tout en ouvrant l’horizon sur d’autres régions frontalières et leurs spécificités, historiques, psychologiques, sociales, culturelles, langagières.

Ce « panorama du transfrontalier » présente des domaines sociaux différents qui englobent – pour n’en citer que quelques exemples – le marché du travail transfrontalier aussi bien que les projets scolaires, les défis administratifs, aussi bien que les caractéristiques de la vie en zone frontalière, les performances institutionnelles dans le domaine de la formation des enseignants, aussi bien que le cadre politique dans lequel se situe la coopération en région frontalière et transfrontalière.

Cette large gamme thématique se présente sous différentes formes qui comprennent le vécu personnel et subjectif, mais aussi des analyses détaillés et des réflexions générales et généralisantes. Il n’est presque pas nécessaire d’ajouter que ces textes, tout en décrivant et en analysant l’actualité immédiate, montrent l’arrière-plan fourni par le passé et ouvrent des perspectives sur l’avenir du transfrontalier, pour contribuer ainsi à promouvoir les efforts menant de la coopération des voisins à une Europe des synergies.

Un grand merci des coordinateurs va aux auteur(e)s des contributions réunies dans ce recueil, et en particulier à notre rédactrice-en-chef, Florence Windmüller.

 

An Grenzen ohne Grenzen leben: ein Rundblick

Diese Sammlung von Beiträgen erscheint – und das ist kein Zufall – in der Zeitschrift SYNERGIES, denn sie spiegelt die vielfältige grenzüberschreitende Zusammenarbeit in europäischen Nachbarregionen wider. Dabei liegt das Schwergewicht auf den Beziehungen zwischen frankophonen und germanophonen Regionen, insbesondere Frankreichs und Deutschlands, zugleich aber öffnet sich der Blick auf andere Grenzregionen und ihre historischen, psychologischen, sozialen, kulturellen und sprachlichen Besonderheiten.

Dieser Rundblick über grenzüberschreitende Aktivitäten in Europa erschließt der Leserschaft sehr verschiedene gesellschaftliche Aspekte, darunter – um nur einige Beispiele zu nennen – den grenzüberschreitenden Arbeitsmarkt, die bürokratischen Hürden der Zusammenarbeit, die Merkmale des Lebens an Grenzen, die erfolgreichen Bemühungen der Lehrerbildungseinrichtungen, aber auch die jeweiligen politischen Bedingungen der Nachbarregionen diesseits und jenseits der Grenzen.

Diese breite thematische Skala wird auf unterschiedliche Weise dargestellt, sei es als individuelles, persönliches Erleben oder sei es in Form detaillierter Analysen oder allgemeiner und verallgemeinernder Überlegungen. Es versteht sich wohl fast von selbst, dass diese Darstellungen nicht nur die unmittelbare Gegenwart beschreiben und analysieren, sondern auch nach den geschichtlichen Hintergründen fragen und ebenfalls Perspektiven auf die zukünftige Entwicklung der grenzüberschreitenden Zusammenarbeit in den Nachbarregionen eröffnen, um auf diese Weise dazu beizutragen, dass die regionale nachbarschaftliche Zusammenarbeit zu einem „Europa der Synergien“ führt.

Ein herzliches „Dankeschön“ der Herausgeber gilt den Autorinnen und Autoren der Beiträge zu diesem Band, insbesondere aber auch unserer Chefredakteurin, Florence Windmüller.

 

]]>
Synergies Pays germanophones n° 7 (2014) — Appel à contributions / Einladung http://www.synergies.avinus.de/?p=197 Tue, 28 May 2013 10:27:12 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=197  

Remise des résumés jusqu’au 10 juillet 2013 !

Vorschläge bzw. das Einreichen von Abstracts möglich noch bis zum 10. Juli 2013.

 

Synergies Pays germanophones n° 7 / 2014

http://gerflint.eu/publications/synergies-pays-germanophones.html

http://www.synergies.avinus.de

Thème : « TIC, médias et apprentissages des langues : des outils de médiation aux compétences individuelles  »

Numéro coordonné par Hans W. Giessen et Virginie Viallon

 

SPG 7 2014 – Appel à contributions

 

 

]]>
Synergies Pays germanophones n° 5 (2012) http://www.synergies.avinus.de/?p=182 Thu, 10 May 2012 15:25:55 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=182 Synergies Pays germanophones n° 5 (2012)

“Les politiques linguistiques implicites et explicites en domaine francophone”

(coordonné par Peter Cichon, Sabine Ehrhart et Martin Stegu)

 

PRESENTATION lors du Congrès des Franco-Romanistes à Leipzig (19-22 septembre 2012).


ISBN: 978-3-86938-041-4 / ISSN : 1866-5268

Prix : 14,00 EURO (9,50 EURO pour les étudiants, et pour tous avec abonnement)

Ladenpreis: 14,00 EURO (9,50 EURO für Studenten, und im Abonnement)

 

La politique linguistique se décide et s´applique dans l´interaction entre les différents niveaux d´une société, autrement dit, entre décideurs et locuteurs, interconnectés par des médiateurs. Ainsi d´un niveau à l´autre s´esquisse une dichotomie entre politique explicite et politique implicite. C´est surtout dans la perspective du bottom up que cette politique apparaît comme une articulation rarement cohérente entre vision et formulation d´objectifs glottopolitiques concrets. Prises dans leur ensemble, elles sont souvent polyphones. Cependant pour les décideurs en matière de politique linguistique, il y va de leur intérêt de tenter de capter le ton dominant de cette polyphonie et de le prendre en considération dans leurs décisions. Il y va du succès de toute politique a fortiori lorsqu´elle veut apparaître comme émanant d´un consensus entre toutes les parties en présence.

C´est devant cette toile de fond thématique qu´a eu lieu en novembre 2011 à l´université de Vienne un colloque portant sur les politiques linguistiques en domaine francophone. Les interventions, que le présent numéro 5 de la revue Synergies Pays germanophones rapporte, concernaient trois domaines : la francophonie extra-européenne, la francophonie européenne et le rôle du français comme langue-pont et/où comme lingua franca.

 

Die Konzipierung und Umsetzung von Sprachenpolitik erfolgt auf verschiedenen Ebenen einer Gesellschaft und ist das Ergebnis der Interaktion zwischen politischen Entscheidungsträgern, Sprechern und Mittlern. Dabei funktioniert auf allen Ebenen ebenso wie im Übergang von einer Ebene zur anderen eine Dichotomie aus expliziter und impliziter Sprachenpolitik. Vor allem in der Perspektive des Bottom up zeigen sprachenpolitische Vorstellungen und konkret formulierte glottopolitische Ziele oft wenig Kohärenz. Gleichwohl ist es für die Entscheidungsträger in Sachen Sprachenpolitik wichtig, den gemeinsamen Grundton dieser vielstimmigen Kundgaben zu erfassen. Denn jede Sprachenpolitik, die erfolgreich umgesetzt werden will, muss auf dem Konsens ihrer Zielgruppen aufbauen.

Vor diesem thematischen Hintergrund hat im November 2011 an der Universität Wien ein Kolloquium zur Sprachenpolitik in der Frankophonie stattgefunden. Die Beiträge, die die soeben erschienene Nummer 5 der Zeitschrift Synergies Pays germanophones wiedergibt, gliedern sich in drei Themenfelder: außereuropäische Frankophonie, europäische Frankophonie sowie die Rolle des Französischen als Brückensprache und/oder als Lingua franca.

 

SOMMAIRE

Peter Cichon,

Le plurilinguisme : ses représentations populaires et leur impact sur la politique linguistique

Sabine Ehrhart,

Une nouvelle vision de recherche pour les politiques linguistiques francophones

Martin Stegu,

Les politiques linguistiques entre linguistique appliquée et linguistique populaire

Partie I – Francophonie extra-européenne

Vololona Randriamarotsimba,

De la politique linguistique institutionnelle à celles implicites des usagers en contexte francophone. Quelles relations ? L’exemple de Madagascar

Coralie Tairraz,

Politique linguistique en Nouvelle-Calédonie

Zohra Bouchentouf-Siagh,

Questions de sociolinguistique maghrébine : la transcription du Tamazight ; état des lieux en 2011. Glottopolitiques implicites et explicites des Etats

Abderrezak Dourari,

Politique linguistique en Algérie : entre le monolinguisme d’Etat et le plurilinguisme de la société

Partie II – Francophonie européenne

Henri Boyer,

Idéologie sociolinguistique et politiques linguistiques « intérieures » de la France

Georg Kremnitz,

L’article 75.1 de la Constitution française – et après ? L’évolution analysée principalement à travers les pages de La Setmana

Robert Blackwood,

La politique linguistique en Corse : les attitudes des insulaires envers la planification linguistique du corse

Claudia Polzin-Haumann, Christina Reissner,

Perspectives du français en Sarre : politiques et réalités

Partie III – Le français comme langue-pont et lingua franca

Georges Lüdi,

Le français comme objet de la gestion des langues dans des entreprises suisses : un champ de tension entre la philosophie de l’entreprise, la doxa des acteurs et les pratiques

Eva Lavric,

Politiques conscientes et « bricolage » linguistique dans les entreprises et dans les équipes de football

Lukas L. Hohenecker,

Le rôle de la langue française dans les relations internationales

Compte-rendu de lecture par Peter Cichon,

Jürgen Erfurt, Maria Amelina, 2011 : La francophonie. Bibliographie analytique de la recherche internationale 1980-2005. Frankfurt am Main, Lang, 763.

]]>
Synergies Pays germanophones n° 6 (2013) — Appel à contributions / Einladung http://www.synergies.avinus.de/?p=174 Thu, 10 May 2012 15:08:36 +0000 http://www.synergies.avinus.de/?p=174 Remise des résumés jusqu’au 30 juin 2012 !

Vorschläge bzw. das Einreichen von Abstracts möglich noch bis zum 30. Juni 2012.

 

Synergies Pays germanophones n° 6 / 2013

http://gerflint.eu/publications/synergies-pays-germanophones.html

http://www.synergies.avinus.de

Thème : « Régions transfrontalières. Langues des voisins et l’Europe »

Numéro coordonné par Albert Raasch et Gérald Schlemminger

Appel à contributions

Les régions frontalières en Europe, de même que toute l’Europe, sont profondément marquées par les frontières et par le « voisinage », car elles se trouvent au centre de challenges, auxquelles la société moderne est confrontée. Ces régions ressentent plus vivement les problèmes, mais ont aussi la chance de vivre les contacts immédiats avec les régions ou pays voisins. L’analyse détaillée des situations telles qu’elles se présentent dans les régions frontalières européennes confirme ce à quoi on pouvait s’attendre : chaque zone frontalière a son caractère individuel.

On peut parler aujourd’hui d’une « science des frontières », science forcément interdisciplinaire, qui commence à s’implanter dans des centres de recherche, centres d’éducation, associations, et d’institutions publiques non-gouvernementales. Parmi les institutions qui, en Europe, jouent un rôle prépondérant, il faut citer en premier lieu les « eurégions » ou « euro-régions » dont il existe plusieurs centaines et qui se regroupent sur le plan international dans une association de régions frontalières (AGEG) qui couvre l’ensemble du continent européen.

Nous constatons combien les régions frontalières peuvent aider à renforcer le rôle et le statut des langues voisines qui, comme le danois, le néerlandais, le tchèque, par exemple, n’ont que peu de chances de concurrencer le tout-puissant anglais dans le domaine politique et administratif, mais surtout économique comme la Communauté Européenne. Ce sont les régions frontalières qui peuvent servir d’exemples de zones privilégiées dans lesquelles le plurilinguisme et le multiculturalisme sont favorisés et ce sont elles qui caractérisent au mieux l’Europe entière où chaque langue a droit de vie.

Dans le numéro 6 de Synergies Pays germanophones, nous souhaitons présenter et discuter les aspects suivants :

1.         Les régions frontalières comme un des défis interculturels

•        Les régions transfrontalières constituent un laboratoire d’idée politique, social, culturel et économique. Leurs expériences sont une condition indispensable d’une coexistence pacifique. Ceci est moins une thèse académique qu’une expérience vécue en Europe. Ces régions participent également à la cohésion sociale nationale. Cependant, ces expériences, sont-elles transposables à d’autres régions, à d’autres lieux ? Peut-on apprendre pour d’autres situations ? Cela permettrait certainement d’augmenter la cohésion et cohérence européennes.

•        Les régions frontalières sont des régions périphériques. Quelles sont les répercussions au niveau linguistique, culturel et interculturel ?

•        Les frontières sont souvent des « cicatrices de l’histoire » – Quelles sont les implications de ce phénomène sur l’emploi de la langue du voisin ?

2.         L’enseignement des langues comme défis

•        Communiquer avec les pays voisins, est-ce une motivation pour l’apprentissage des langues ?

•        Juste derrière la frontière on parle une autre langue. Est-ce une aide à l’apprentissage des langues ?

•        Pour enseigner la langue du voisin, quelle didactique, quelle formation des enseignants, quels matériels pédagogiques faut-il mettre en place ?

3.         Le défis de la politique linguistique

•        L’attention portée aux  langues du voisin en région frontalière rencontre-t-elle un intérêt croissant ? Quelles en sont les raisons ?

•        L’intérêt pour l’apprentissage de la langue du voisin n’est pas toujours réciproque. Que faut-il en déduire ? Quelles sont les conséquences à en tirer ?

•        Quelle politique plurilingue faut-il promouvoir face à l’anglais, langue internationale ?

L’ensemble de ces questions n’est donné qu’à titre indicatif et non exhaustif. Ce sujet peut sans doute appeler d’autres analyses. Dans l’optique du dépassement des frontières disciplinaires, cet appel s’adresse à la fois aux sociologues, aux politologues, aux historiens, aux géographes, aux économistes, aux juristes, aux littéraires, aux anthropologues, aux philosophes, aux spécialistes en sciences de l’éducation et sciences du langage, etc.

Nous accueillerons avec plaisir toute proposition susceptible de prolonger et de développer les réflexions déjà amorcées dans les équipes et laboratoires de recherches.

Dates à retenir

30 avril 2012 Appel à contributions
1er mai -30 juin Remise des résumés
1er juillet – 31 juillet Évaluation des propositions d’articles
1er août – 31. novembre Remise des articles
1er décembre – 31 janvier 2013 Évaluation des articles
1er février – 1er mars modifications des articles
1er mars – 31 mars évaluation des articles ayant dû être modifiés
1er avril – 30 juin Mise en page
Septembre 2013 Sortie du numéro

Les propositions d’article, puis les articles sont à rédiger en langue française ou allemande et à envoyer à la rédactrice en chef, Florence Windmüller : Flohwin@gmx.net / Florence.Windmueller@ohm-hochschule.de

Les résumés d’article devront comporter une bibliographie et une brève présentation du profil professionnel de l’auteur.

Les normes rédactionnelles de la revue seront communiquées ultérieurement aux auteurs.

Pour des raisons de regroupements thématiques et de pagination, une partie des articles sera publiée en version papier, une autre en version électronique sur le site de la revue. Néanmoins, un résumé des articles électroniques sera publié dans la revue papier.

Synergies Pays germanophones est une revue francophone interdisciplinaire de recherche en sciences humaines, particulièrement ouverte aux études portant sur l’ensemble des langues-cultures. Soucieuse de défendre le patrimoine culturel et linguistique de l’humanité, elle se place dans une optique d’écologie linguistique.

Sa vocation est de mettre en œuvre dans l’espace germanophone le Programme Mondial de Diffusion Scientifique Francophone en Réseau GERFLINT, Groupe d’Etudes et de Recherches pour le Français Langue Internationale. Comme toutes les revues qui ont obtenu la qualité de membre du GERFLINT, elle poursuit les objectifs suivants : défense de la recherche scientifique francophone dans l’ensemble des sciences humaines, promotion du dialogue entre les disciplines, les langues et les cultures, ouverture sur l’ensemble de la communauté scientifique, aide aux jeunes chercheurs, adoption d’une large couverture disciplinaire, veille sur la qualité scientifique des travaux.

 

#############

 

Synergies Pays germanophones n° 6 / 2013

http://gerflint.eu/publications/synergies-pays-germanophones.html

http://www.synergies.avinus.de

«Grenzregionen, Nachbarsprachen und Europa»

Herausgeber des Bandes: Albert Raasch und Gérald Schlemminger

Einladung (Appel à contributions)

Nachbarschaft und Grenzen sind charakteristisch  für Europa. Grenzregionen sind die Laboratorien europäischen Zusammenwachsens; in ihnen werden die aktuellen gesellschaftlichen Herausforderungen und Probleme besonders intensiv erlebt. Grenzregionen aber bieten auch  herausragende Chancen, Kontakte mit den Nachbarn zu knüpfen und zu pflegen.  Dabei ist unverkennbar, dass jede Grenzregion in Europa ihre Besonderheiten aufweist.

Das Leben an der Grenze und die Bewältigung der Probleme, die sich in Grenzregionen stellen, erfordern immer deutlicher eine « Grenzkompetenz ». Diese Kompetenz zu gestalten, auszubauen und zu vermitteln bemüht sich eine interdisziplinäre « Grenzwissenschaft », mit der sich zunehmend  Forschungszentren, Bildungsinstitutionen, Verbände sowie Regierungs- und Nicht-Regierungs-Organisationen befassen. Eine besonders wichtige Rolle spielen in Europa die zahlreichen Euregionen oder auch Euro-Regionen, die sich in der AGEG, der Arbeitgemeinschaft europäischer Grenzregionen, zusammengschlossen haben

Grenzregionen tragen in besonderer Weise dazu bei, die Rolle und den Status der Nachbarsprachen zu fördern, wie z.B. das Dänische, das Niederländische oder das Tschechische, Sprachen, die es auf internationaler Ebene schwer haben, sich gegen das allgegenwärtige Englisch in Politik und Verwaltung und besonders auf dem Gebiet der Wirtschaft in der Europäischen Union zu behaupten. Grenzregionen können in besonderer Weise als Beispiele für gelebte  Mehrsprachigkeit und Multikulturalität dienen und damit dem zusammenwachsenden Europa vorleben, wie die Existenz jeder Kultur und jeder Sprache gesichert werden kann.

Im dem geplanten Band 6 von Synergies Pays germanophones möchten wir die folgenden Aspekte vorstellen und diskutieren:

1.         Nachbarregionen als interkulturelle Herausforderungen

•        Nachbarregionen in Europa sind Laboratorien  politischer, sozialer, kultureller und ökonomischer Ideen und des friedlichen nachbarschaftlichen Miteinanders. Dafür gibt es in Europa positive Beispiele und Erfahrungen. Grenzregionen aber sind auch Teil nationaler Identitäten, und auch dafür gibt es gute Beispiele. Die Frage ist : Kann man die Erfahrungen von einer Region auf andere Kontexte übertragen ? Kann man voneinander lernen ? Wenn ja, würden diese Bemühungen zur gesellschaftlichen Kohäsion und politischen Kohärenz beitragen können.

•        Grenzregionen sind Randregionen. Welche Auswirkungen hat diese Tatsache auf die kulturelle, interkulturelle und sprachliche Situation ?

•       Grenzen sind oft « Wunden der Geschichte ». Was folgt daraus im Hinblick auf den Gebrauch der Nachbarsprache ?

2.     Vermittlung der Nachbarsprache als Herausforderung

•        Kann der Kontakt mit dem Nachbarland zum Erlernen der Nachbarsprache motivieren ?

•        Gleich hinter der Grenze spricht man eine andere Sprache. Wird dadurch das Erlernen der Nachbarsprache unterstützt ?

•        Welche Didaktik, welche Lehrerausbildung, welche Unterrichtsmaterialien benötigt man, um die Nachbarsprache angemessen zu vermitteln ?

3.         Die Herausforderungen der Sprachenpolitik

•        Wird das wachsende Interesse für die Nachbarsprache, das in Grenzregionen feststellbar ist, auch sprachenpolitisch wahrgenommen ? In welcher Hinsicht ?

•        Das Interesse für das Erlernen der Nachbarsprache ist nicht immer wechselseitig vorhanden. Was folgt daraus ? Wie kann man darauf reagieren ?

•        Welche Mehrsprachigkeitspolitik sollte man angesichts der internationalen Präsenz des Englischen als Lingua franca favorisieren ?

Die Zusammenstellung dieser Fragen soll die Richtung unseres Anliegens zeigen, ohne etwa andere Aspekte auszuschliessen. Die vorgeschlagene Thematik kann zweifellos auch zu anderen Interpretationen führen.  Wir möchten mit diesem Band dazu beitragen, die Grenzen der Disziplinen zu überschreiten, und so wenden wir uns an eine Vielzahl von Adressaten: Soziologen, Politikwissenschaftler, Historiker, Geographen, Wirtschaftswissenschaftler, Juristen, Literaturwissenschaftler, Anthropologen, Philosophen, Erziehungswissenschaftler, Sprachwissenschaftler / Linguisten und andere. Wir würden uns über jeden Vorschlag freuen, der die Überlegungen und Konzepte, die bereits von Wissenschaftlern und Forschergruppen vorgelegt worden sind, weiter entwickelt und vorantreibt.

Wichtige Daten

30. April 2012 Einladung / Appel à contributions
1. Mai – 30. Juni 2012 Einreichen der Abstracts
1. Juli – 31. Juli 2012 Bewertung der eingereichten Vorschläge, Nachricht an die Autoren der Abstracts
1. August – 31. November 2012 Einreichen der Manuskripte
1. Dezember 2012 – 31. Januar 2013 Bewertung der eingereichten Manuskripte, Nachricht an die Autoren
1. Februar – 1. März 2013 Zeit für evtl. Änderungen
1. März – 31. März 2012 Bewertung der geänderten Manuskripte
1. April – 30. Juni 2012 Gestaltung der Druckvorlagen
September 2013 Erscheinen des Bandes 6

Die Abstracts und dann die Texte sollen auf Deutsch oder auf Französisch geschrieben werden ; sie sind zu senden an die Chefredakteurin der Zeitschrift, Florence Windmüller : Flohwin@gmx.net / Florence.Windmueller@ohm-hochschule.de

Dem Artikel wird jeweils eine Zusammenfassung vorangestellt, zu der einige bibliographische Hinweise sowie eine kurze Vorstellung des beruflichen Profils des Autors / der Autorin gehören.

Die Hinweise für die Manuskriptgestaltung werden den Autoren später zugesandt werden.

Im Hinblick auf die angemessene thematische Gruppierung wird ein Teil der Beiträge in gedruckter Form, ein anderer Teil in elektronischer Form auf der Homepage der Zeitschrift erscheinen. In jedem Fall werden die Résumés aller Beiträge in dem gedruckten Band veröffentlicht.

Synergies Pays germanophones ist eine interdisziplinäre frankophone Zeitschrift für geistes- und sozialwissenschaftliche Forschung mit einem Schwerpunkt auf dem sprachlich-kulturellem Gebiet. Es ist ihr Anliegen, das sprachlich-kulturelle Erbe der Menschheit zu bewahren, und sie vertritt daher eine ökologisch-linguistische Perspektive.

 

 

]]>